Suivez nous !

Un tour du monde en plus de 80 jours.

CkoiCeBlog ?

Partir à la découverte du monde en mode routard, c'est ce que nous avons fait en 353 jours et au travers d'une quinzaine pays. Ce blog nous permet de partager avec vous cette expérience grâce aux articles et photos que nous avons publiés mais aussi par le biais de vos commentaires.

Ouskonest ?


. Après quasiment 1 an de voyage, nous sommes revenus à la vie sédentaire.

.

Bilan : Diaporama de notre tour du monde

Bilan : FAQ du tour du monde

Ce dernier article dans la série des bilans essayera de répondre aux questions qui nous ont été le plus fréquemment posées à notre retour.


Où dormiez vous ?
Au risque d’en décevoir quelques uns, nous n’avons jamais dormi sous des ponts ou à la belle étoile. Dans la grande majorité des cas, nous réservions dans des hôtels à petit budget (hostal, backpacker, guesthouse, auberge de jeunesse …) avec quelques jours d’avance. Les sites comme www.hostelworld.com ou www.hostelbookers.com nous ont été très pratiques pour nous trouver des nids douillets car on y voit les avis des clients ayant déjà séjournés dans l’établissement, ce qui permet d’éviter les surprises. A de très rares exceptions, on est arrivés dans des patelins les mains dans les poches, mais ont a toujours réussi à trouver rapidement un gîte.
Nous avons aussi été, quelques fois, hébergés chez l’habitant via la communauté www.couchsurfing.org et ça restera parmi les moments forts du voyage. (Voir les articles précédents)

Combien de valises aviez vous ?
Nous avions chacun un grand sac à dos (60L pour Karim et 50L pour Bea) et un petit sac à dos de jour de 25L. Notre objectif avant le voyage était de ne pas emporter plus de 10 kg par personne, mais malgré les limitations que nous nous sommes imposées, nous n'avons pas pu être à moins de 13 kg. Par contre, à la fin du voyage, nous étions descendus à 9 kg par personne (exception faite des souvenirs de dernière minute qu’on a acheté en Jordanie). Durant le voyage, nous avons renvoyé environ 15 kg. Le delta est dû aux souvenirs mais aussi, après la Nouvelle-Zélande, on s'est débarrassé des affaires pour le froid et surtout des sacs de couchage qui ne nous ont quasiment pas servit.
Il faut essayer de voyager le plus léger possible (8kg/personne serait idéal) pour préserver son dos et limiter au maximum son encombrement.

Qu’est qu’il y avait dans vos sacs ?
Nous avons décidé d’utiliser le système « 3 couches » (Transfert/Isolation/Protection) et donc d’investir dans des vêtements techniques, ce qui a été une bonne décision. Ils sont très légers à transporter, résistants, sèchent rapidement et nous ont très bien protégé contré les éléments. Par exemple nous avions des chaussettes qui empêchent les cloques et qui contenaient visiblement des fibres d’argent antibactériennes. On s’est fournit chez Le Vieux Campeur à Paris que l’on vous conseille. Même si vous pouvez visiblement trouver moins chers, rien ne peut remplacer les conseils et la bienveillance des vendeurs qui ont pris leur temps pour nous aider à se retrouver dans le prêt-à-porter pour explorateurs.



Et pour Internet, vous avez fait comment ?
Il y en a partout. Dans la très grande majorité des hôtels ou l’on a été, le Wifi était disponible (avec plus ou moins de débit). Nous avions aussi un petit ordinateur ultra-portable qui nous a permit de mettre à jour le blog, garder le contact, faire nos réservations et planifier petit à petit notre itinéraire. Le plus étonnant est l’utilisation de Facebook aux 4 coins du monde. Dans certains magasins en Asie du sud-est, il était quasiment impossible d’acheter quelque chose car les vendeurs étaient trop occupés à planter du maïs dans Farmville. Même dans certains coins de la jungle de Bornéo où l’on pense être isolé et totalement déconnecté, on entend des portables sonner.


Combien de fois vous êtes vous fait agresser ou voler ?

Aucune. On a eu de la chance et on aussi été très prudent en appliquant quelques règles découlant du bon sens. Par ailleurs, nous demandions toujours aux locaux les coins à éviter et les bonnes pratiques pour ne pas faire la une de la rubrique faits-divers. A Quito en Equateur, par exemple, on était de retour à l’hôtel avant le coucher du soleil car il fallait éviter de trainer la nuit tombée. Ça nous a vraiment choqué que dans certains pays d’Amérique du sud, le gouvernement est incapable d’assurer un des droits les plus primaires : la sécurité physique des personnes.
Même si le danger existe, nous avons essayé de ne pas devenir trop parano et envoyer balader toute personne qui nous abordait, ratant ainsi de belles rencontres

Êtes vous tombez malade ?
Autre qu’une grippe de Bea en Equateur et un petite poussée de fièvre de Karim au Philippines, Nous avons été beaucoup moins malades que lors d’une année à Paris. On avait une trousse de pharmacie où le seul médicament qui nous a été véritablement été utile fut le paracétamol.
Avant de partir, nous avions effectué une consultation de médecine de voyage à l’hôpital St Louis à Paris. Ce fut fort utile car nous avons pu mettre en place un plan de vaccination et on a bénéficié de recommandations à suivre en fonction de notre itinéraire. Par contre, il faut s’y prendre au minimum 3 mois avant le départ et se préparer aux effets secondaires de tous les vaccins. Nous sommes aussi allés faire un bilan dentaire. Ce ne fut pas agréable (surtout pour Karim) mais c’était toujours mieux que de se faire arracher une dent avec une pince dans un trou paumé de Bolivie à 5 000 m d’altitude.


Avez-vous pris un traitement antipaludique ?

Nous ne pouvions pas prendre de traîtement préventif car nous sommes restés plus de 3 mois dans des zones infectées par la Malaria, durée à partir de laquelle le médicament devient toxique pour le corps. Nous nous sommes protégés en dormant sous moustiquaire, en imprégnant nos vêtements, en nous badigeonnant de répulsif et en utilisant des diffuseurs anti-moustique. Malgré toutes ces précautions, on s’est quand même fait piquer, mais on est encore vivant.




Karim

Bilan : L’argent

La première question que nous nous sommes posés, quand nous avions décidé de faire le tour du monde pendant un an, fut : Combien ça coûte ?


En demandant à l’ami Google, il nous répondit que la fourchette va de 15 000 € à 20 000€ par personne . Bien sur, on trouve des survivors qui s’en sortent pour moins de 10 000 € alors que d’autres achètent le tour du monde vendu par Orient-Express à 70 000€.



Sans vraiment nous priver (sauf en Australie), nous avons pu rester autour des 15 k€ en sachant que 17% de cette somme à été dépensée avant le départ (essentiellement pour le billet tour du monde, les sacs à dos et leur contenu). Il ne faut pas oublier que pendant votre absence vous pouvez avoir des charges dans votre pays de résidence (comme les impôts qui ne vous oublient pas) et c’est autant d’argent qu’il faudra dépenser pendant le voyage.




T.R: Moyenne réele par pays
T.E
: Moyenne estimée par pays
J.E: Nombe de jours estimé par pays
J.R:
Nombe de jours réels par pays
N : Nourriture V : Visites T : Transports
E: Extra L : Logement C : Communication A : Autres

Remarques au sujet de ces tableaux :
  • Nous avons fait du Couchsurfing, ce qui a réduit les coûts liés au logement dans les pays suivants : Argentine (5 nuits), Nouvelle-Zélande (5 nuits), Australie (10 nuits), Philippines (3 nuits), Hong-Kong (5 nuits), Inde (5 nuits), Singapour (3 nuits), Indonésie (3 nuits) et Israël (5 nuits)
  • En Australie, les coûts liés à l’hébergement et aux transports ne sont pas forcement représentatifs car nous avions un camping car et nous n’avons pas toujours forcement dormi dans un camping.
  • La colonne activités inclut les visites, droits d’entrée, excursion mais aussi la plongée.
  • Outre les achats de cartes SIM ou de crédits « Skype », la catégorie communication inclut les colis que nous avons envoyés par la poste.
  • Dans autres on a compté les dépenses qui ne rentrent pas dans les autres catégories, genre coiffeur, lessives, guide de voyage, visas.
  • En Équateur, nous avons mis dans la colonne extra la virée aux Galápagos. Ce détour a bouleversé nos comptes pour ce pays.
  • Ces tableaux n’inclut pas les charges que l’on a eu en France pendant le voyage.

Lors du voyage, notre budget a été sujet aux variations de l’Euro. Au départ ce fut en notre faveur mais à partir de l’Australie, la tendance s’est inversé. Quelques fois la variation est minime mais des fois, ça fait vraiment mal. Par exemple, pour l’Australie, lors de la préparation du voyage un Euro s’échangeait à deux dollars australiens. Arrivés sur place, nous n’avions plus droit qu’a 1,5 $AUD pour 1€. Voilà, comment on perd, en un claquement de doigts, 25% de son budget sur un pays où on l’a prévu de séjourner 45 jours.


Au retour, j’ai été étonné qu’un certain nombre de personnes nous ait demandé comment nous avions fait pour transporter tout cet argent. En fait, grâce aux cartes bancaires, plus besoin de prendre un aussi gros risque. Nous avions une Mastercard Gold et une Visa Premier qui permettent aussi d’avoir des plafonds relativement hauts.

Par contre, c’est important d’avoir un petit pécule (50€ et 50$) planqué sur soi que l’on peut sortir en cas de pépin.



Au final, se payer un rêve (et par la même occasion une année de liberté) au prix d’une petite voiture, je re-signe sans hésiter.

Karim